Historique du dispositif de promotion de la bientraitance

Suite aux révélations d’abus sexuels dans l’Eglise catholique et dans différentes institutions, l’archevéque du Luxembourg a fait appel en 2011 aux responsables des grandes associations qui encadrent les enfants, les personnes handicapées, les personnes âgées, afin de prendre en compte cette problématique et mettre en place un dispositif de prévention de la maltraitance sexuelle.

Les organisations de la Conféderation Caritas, élaborent en juillet 2012 un codex et des Iignes directrices en matière de prévention et de traitement de situations de maltraitances sexuelles.

En 2013, Caritas Luxembourg, arcus asbl, elisabeth et la Croix-Rouge luxembourgeoise s’associent pour élaborer les bases d’un projet centré sur la prévention des abus sexuels.

Au fur et à mesure du travail de réflexion et de modélisation de ce projet, il est devenu évident pour les membres des différentes directions qu’il était nécessaire non seulement de prévenir toutes formes de maltraitance, mais également de promouvoir la bientraitance.

Depuis janvier 2014, un groupe de travail permanent regroupant un représentant des 4 organisations fondatrices se rencontre de maniére hebdomadaire et oeuvre à la mise en place du dispositif. Une convention a été élaborée et signée entre les organisations membres. Un poste de délégué à la bientraitance a été créé et une formation s’adressant aux 4600 collaborateurs a été prévue. Les directions des 4 organisations membres du dispositif ont suivi une formation de base en la matière. En mars-avril 2014, 25 formateurs-multiplicateurs des 4 organisations sont formés et depuis juin 2014, les séances de formation « Sensibilisation à la Bientraitance » sont obligatoires pour tous les collaborateurs.

En juillet 2015 une quinzaine de nouveaux formateurs-multiplicateurs viennent rejoindre le groupe. Les directions suivent une seconde formation ayant comme sujet « Management et culture de Bientraitance ». Durant l’automne 2015, une charte commune entre les 4 organisations membres est élaborée et signée par les gestionnaires.

En 2016, « Les internats Jacques Brocquart asbl » rejoignent le dispositif. Les représentants du dispositif participent à Paris au colloque « Nous n’en avons pas fini avec la maltraitance » et ont eu ainsi l’occasion de présenter le dispositif mis en place au Grand-Duché.

Au cours des dernières années les différentes organisations ont fait de plus en plus de démarches en interne pour créer des réseaux de multiplicateurs afin que le regard bientraitant sur les relations avec les bénéficiaires soit établi de manière durable.

L’existence du dispositif a mené à ce que d’autres organisations s’intéressent à la dynamique et s’associent à la démarche. C’est donc en 2019 que l’A.s.b.l. Lënster Päiperlék et la Fondation Lëtzebuerger Kannerduerf font leur demande d’adhésion.
Le dispositif démarre donc à 7 dans la nouvelle décennie.

fr_FRFrançais
de_DEDeutsch fr_FRFrançais